• ///////////////

    ENGLISH BELOW - COMING SOON

    Animée depuis quelques années par la forêt, les parcs ou tout territoire naturel, ma pratique se manifeste par des représentations d’éléments de la nature généralement observés lors de résidences de recherche. Par la création de dessins, j’analyse des sujets intuitivement choisis en simplifiant leurs lignes générales, en modifiant leur échelle et en supprimant leur volume pour les travailler en aplats. Les sujets étudiés apparaissent alors sur papier dans des compositions issues d’accumulations, de répétitions, de superpositions et de jeux de transparence. Les dessins présentent à la fois une grande économie et un certain excès; ils sont réalisés simplement au crayon graphite, au crayon de couleur et à l’aquarelle, mais jouent avec des nuances subtiles. Les pistes sont aussi parfois brouillées. Les sujets demeurent imprécis, l’effet de profondeur est confus, les formes se mélangent les unes aux autres. C’est dire que je construis des dessins avec des formes simples, dessins que je tente de complexifier progressivement. Habitée par un vif intérêt pour le grand déploiement de pièces et l’abondance de détails, je crée ces dessins en décuplant les successions, les variantes, les énumérations. Chaque sujet adopté peut ainsi être répété, à des échelles variées et dans différentes compositions.

    Dans mes installations intimistes se greffent inévitablement aux nombreux dessins des objets trouvés en nature – modifiés ou non – et des sculptures minimalistes de plâtre, de bois, de béton et de papier. Ces sculptures parfois presque abstraites s’inspirent de formes présentes dans divers milieux naturels. Afin d’explorer davantage, mes recherches actuelles me font également effleurer la sérigraphie, la céramique, le livre et le texte. Toutes ces pièces, quel que soit le médium choisi, se déploient avec patience, avec une délicatesse et une minutie inébranlables. Elles prennent ensuite place dans l’espace, trouvent leur point d’ancrage momentané dans des ensembles en constante mouvance. Au final, chacune des installations créées devient une invitation à poser un regard contemplatif sur des traces de nature et, ultimement, à répéter cet exercice d’observation tout autour de soi.

    Native de Carleton-sur-Mer en Gaspésie, Émilie Bernard, après avoir habité près de 20 ans à Québec, vit et travaille depuis peu à Cap-Chat. Son travail a été présenté dans différents centres d’artistes, musées et centres d’exposition au Québec, en Finlande, en Islande et en France. Depuis plusieurs années, elle réalise régulièrement des résidences de création. Elle a notamment fait de la recherche lors de séjours dans diverses régions du Québec; dans des villages au Vermont et en Finlande; dans des montagnes en Islande; dans des villes en Arménie et en France et dans les Rocheuses en Alberta. C’est d’ailleurs ces résidences qui l’ont amenée à privilégier le dessin et à s’intéresser à la nature et au paysage comme sujets de recherche. Jusqu’à présent, elle a été appuyée à de multiples reprises par le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada et Première Ovation, un programme de soutien aux artistes de la relève de la Ville de Québec.

  • ///////////////