• ///////////////

    TEXTE EN FRANÇAIS PLUS BAS

    My work is guided by a deep interest in collecting and characterized by a broad display of small pieces. I accumulate, enumerate and reinterpret to create sequences of variations and continual inventories in order to compose intimate installations full of details.

    This practice, reminiscent of a collector’s meticulous actions, is first expressed through an appropriation of subjects that mostly evoke landscape and nature. Little by little, these subjects are introduced to a personal bank of images with infinite possibilities to use and explore. I interpret them by simplifying their general lines; by searching for their essence or trying to skirt it; by playing with their scale; etc. Then, each subject I study comes out in exercises of repetitions and reinterpretations. One single subject can be drawn, sculpted or moulded to create minimalist pieces : light and delicate drawings (graphite and color pencil) as well as rough and spontaneous objects (plaster, wood, concrete). Offering a singular experience of the material and intuitively playing with the appearance of old images and objects, the final pieces can be at once familiar and strange, pared down and complex. In a try to experiment other techniques, my ongoing researches also approach text, books, photography and silkscreen printing.

    In every exploration, these pieces, worked with an attention to subtlety, become fragments of inventories, elements of motifs, or variations of an endless research. Each project I realise, which always reveals a vast amount of pieces, demonstrates an insatiable nature, a desire to give some importance to every tiny detail and to create a kind of ritual in the action of making, accumulating and collecting.


    Born in Carleton-sur-Mer (Québec), Emilie Bernard currently lives and works in Québec City. She obtained a Master degree in Visual Arts from Université Laval (Québec City) in 2010. Her work has been displayed in various galleries, museums and artist-run centers in Québec, Finland and Iceland. Since 2011, she has been concentrating on doing residencies. She has developed projects during stays in different regions of Québec; in villages in Vermont and Finland; in mountains in Iceland; in cities in Armenia and in the Rockies in Alberta. Incidentally, it is these residencies that have brought her to choose drawing and to work with nature and landscape. In autumn 2018, she will realise for the first time a residency and a solo exhibition in France. In spring 2019, she will present a new solo exhibition at Engramme Artist-Run Center (Québec City), where she will try to create a luxuriant greenhouse. Until now, she has been supported many times by the Conseil des arts et des lettres du Québec, the Canada Council for the Arts and Première Ovation, a program for the upcoming artists from Québec city.

  • ///////////////

    Mon travail se définit par un vif intérêt pour la collection et par le grand déploiement de pièces. Je crée des successions de variantes et des énumérations continuelles dans le but ultime de concevoir des installations intimistes chargées de détails.

    Cette pratique sensible au geste du collectionneur se manifeste d’abord par une appropriation de sujets divers extraits principalement de la nature et du paysage. J’analyse ces sujets minutieusement choisis en simplifiant leurs lignes générales, en cherchant leur essence ou en la contournant, en jouant avec leur échelle, etc. Chacun de ces sujets étudiés apparaît alors dans des exercices de répétitions et de réinterprétations. Un même élément peut être dessiné, taillé ou moulé pour donner forme à des pièces fortement minimalistes : des objets bruts et spontanés et des dessins légers et délicats, produits par une accumulation de formes pour révéler des motifs et des compositions. Offrant une expérience singulière de la matière et jouant intuitivement avec l’esthétique de l’image et de l’objet anciens, ces pièces peuvent être à la fois familières et curieuses, épurées et complexes. Dans une tentative de décloisonner ma pratique, mes recherches actuelles me font également effleurer le texte, le livre, la photographie et la sérigraphie.

    Au fil des explorations, ces pièces travaillées avec un souci de la subtilité deviennent des fragments d'inventaires ou les variantes d’une recherche sans fin. Chacun des projets réalisés, qui plonge inévitablement dans un sensible excès, affiche ainsi une nature insatiable, un désir de relever chaque infime détail et de créer de cette manière une forme de rituel dans l’action de fabriquer, d’accumuler et de rassembler.


    Native de Carleton-sur-Mer en Gaspésie, Émilie Bernard vit et travaille à Québec depuis plusieurs années. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels (2010) de l’Université Laval (Québec). Son travail a été présenté dans différents centres d’artistes, musées et centres d’exposition au Québec, en Finlande et en Islande. Depuis 2011, elle réalise surtout des résidences de création. Elle a notamment fait de la recherche lors de séjours dans diverses régions du Québec; dans des villages au Vermont et en Finlande; dans des montagnes en Islande; dans des villes en Arménie et dans les Rocheuses en Alberta. C’est d’ailleurs ces résidences qui l’ont amenée à privilégier le dessin et à s’intéresser à la nature et au paysage comme sujets de recherche. À l'automne 2018, elle réalisera pour la première fois une résidence suivie d'une exposition solo en France. Au printemps 2019, elle présentera une nouvelle exposition solo au centre d’artistes Engramme (Québec), où elle tentera de créer l’illusion d’une serre luxuriante. Jusqu’à présent, elle a été appuyée à plusieurs reprises par le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada et Première Ovation, un programme de soutien aux artistes de la relève de la ville de Québec.